Approfondissement

Le cannabis et l’insomnie ont fait l’objet d’études approfondies au cours des dernières décennies. Les connaissances sur le système endocannabinoïde, les récepteurs et divers phytocannabinoïdes nous ont permis de tirer des conclusions de plus en plus convaincantes sur le profil thérapeutique de ces substances dans divers cas d’insomnie.

Qu’est-ce que l’insomnie – Introduction

insomnie est la difficulté ou l’incapacité de s’endormir ou de rester endormi. Elle peut survenir à la fois en tant que maladie primaire et en tant que symptôme associé à divers problèmes de santé tels que la dépression, le cancer et d’autres maladies marquées par une douleur physique. On parle d’ « insomnie initiale » lorsqu’il y a une difficulté à s’endormir, d’ « insomnie centrale » lorsque le sommeil n’est pas continu et que le sujet est perturbé par des éveils continus, d’ « insomnie terminale » L’ lorsque l’éveil se produit Le matin est tôt. La durée de l’insomnie est également classée et, par conséquent, en fonction de la durée du trouble, il est possible de distinguer :

  • une insomnie occasionnelle qui dure généralement quelques jours et est liée à la présence de facteurs particuliers tels que des états de maladie, de l’anxiété, du bruit, une température ambiante inadéquate, un changement de fuseau horaire, etc.
  • insomnie transitoire lorsque le sujet se plaint du trouble pendant une période allant jusqu’à trois semaines ;
  • insomnie chronique lorsque le trouble persiste dans le temps.

Les facteurs qui peuvent influencer la quantité et la qualité du sommeil sont nombreux et variés ; parfois l’origine de l’insomnie peut être attribuée à une seule cause, d’autres fois d’autres raisons contribuent à l’apparition du trouble. Les mécanismes de sommeil sont sensible à l’influence de facteurs psychologiques tels que la tension émotionnelle, les préoccupations familiales, les problèmes économiques, qui provoquent anxiété et stress ; parfois la cause de l’insomnie est due à la présence de facteurs environnementaux liés, par exemple, au syndrome d’altitude ou de décalage horaire. Lorsque le trouble survient chez un sujet sain chez lequel la présence de maladies connues n’est pas reconnaissable, on parle d’insomnie primaire ; lorsque, par contre, l’altération des mécanismes du sommeil est liée à la présence de pathologies particulières, l’insomnie est définie comme secondaire . En fait, certains dysfonctionnements physiques ou maladies tels que les troubles hépatiques, respiratoires, gastro-intestinaux, cardiaques, mais aussi la dépression, les troubles neurologiques et psychiatriques de divers types peuvent être les principales causes de troubles du sommeil.

Cannabis et insomnie

De Pliny l’Ancien dans son « Naturalis Historia » et plus tard comme nous Également couvert dans notre article : « Le cannabis dans les textes anciens », l’association du cannabis médical avec son effet sédatif a toujours été connue.

Le CBD, un métabolite présent dans le cannabis médical, a la capacité de moduler un récepteur, la sérotonine 5-HT, afin d’obtenir des effets antidépresseurs, anxiolytiques et neuroprotecteurs. Le CBD facilite donc le sommeil car il favorise la relaxation.

Depuis 1975, année où nous enregistrons la première étude menée sur la combinaison du cannabis et de l’insomnie, la nécessité de l’analyser à travers des études de plus en plus sophistiquées s’est accrue à ce jour.

Vous trouverez ci-dessous une série d’études réalisées depuis 1975.

Cannabis et insomnie, études et critiques de 75 à aujourd’hui

1975 — Feinberg I et al. — LIEN

Effets du delta-9-tétrahydrocannabinol à forte dose sur les habitudes de sommeil chez l’homme

Essai humain contrôlé par placebo

Conclusions « L’administration de THC a considérablement réduit l’activité des mouvements oculaires pendant le sommeil paradoxal (REM) et, dans une moindre mesure, la durée de la même phase paradoxale. »

1976 — Feinberg I et al. — LIEN

Effets de l’extrait de marijuana et du tétrahydrocannabinol sur les habitudes de sommeil électroencéphalographiques

Essai humain utilisant du THC presque pur et du matériel à spectre complet à base de cannabis

Conclusions « L’extrait de marijuana, administré en doses quotidiennes contenant 70 à 210 mg de delta-9-tétrahydrocannabinol (THC), a induit des effets sur le sommeil pratiquement identiques à ceux produits à partir des mêmes doses de THC relativement pur (96 %). Les deux médicaments réduisent la densité des mouvements oculaires avec un certain Tolérance qui se développe dans ce sens Les effets de l’administration de THC sur le sommeil sont très similaires à ceux induits par le lithium. »

1981 — Pgs E. A, Cunha JM — LIEN

Effets hypnotiques et anti-épileptiques du cannabidiol

Essai croisé humain contrôlé par placebo

Conclusions « Les sujets ayant reçu 160 mg de cannabidiol ont déclaré avoir beaucoup plus de sommeil que ceux traités par placebo ; les volontaires ont également signalé une mémoire de rêve nettement plus faible, avec les trois doses de cannabidiol par rapport au placebo. Quinze patients atteints d’épilepsie généralisée secondaire réfractaire aux médicaments antiépileptiques connus ont reçu 200 à 300 mg de cannabidiol par jour ou un placebo pendant 4,5 mois. Sept des huit épileptiques qui ont reçu du cannabidiol ont connu une amélioration de leur état pathologique, tandis qu’un seul patient Le traitement placebo s’est amélioré. »

1982 — Freemon F.R — LIENS

Effet du delta-9-tétrahydrocannabinol administré de façon chronique sur le sommeil normal des volontaires surveillé par polygraphe

Essai Placebo Human

Conclusions « À partir d’environ une semaine d’administration de THC et se poursuivant pendant une semaine après le sevrage du médicament, il y a eu une diminution marquée du type de sommeil associé à des ondes lentes dans l’électroencéphalogramme, aux stades 3 et 4 du sommeil non paradoxal. Le fait qu’une utilisation prolongée mais non aiguë supprime le sommeil à ondes lentes indique que ce médicament couramment utilisé produit un changement peu compris dans la physiologie du cerveau. »

1998 — Murillo-Rodriguez E. et al. — LIEN

L’anandamide module le sommeil et la mémoire chez le rat

Conclusions « Anandamide augmente considérablement le sommeil à ondes lentes et le sommeil paradoxal (REM) au détriment de l’éveil. »

2004 — Nicholson A.N et al. — LIEN

Effet du delta-9-tétrahydrocannabinol et du cannabidiol sur le sommeil nocturne et le comportement matinal chez les jeunes adultes

Étude croisée à 4 voies en double aveugle, contrôlée par placebo

Conclusions « Le THC semble avoir des effets sédatifs. Le CBD, en revanche, semble avoir certaines propriétés capables de favoriser la vigilance. Avec l’administration concomitante de THC et de CBD, le sommeil de stade 3 a diminué, et avec une combinaison de doses plus élevées (15 mg de THC et 15 mg de CBD), le temps de réveil a augmenté. Avec une combinaison de doses plus faibles (5 mg de THC et 5 mg de CBD), il n’y a eu aucun changement d’humeur, de somnolence, de fatigue ou de performance le lendemain matin. Avec la combinaison des doses plus élevée (15 mg de THC et 15 mg de CBD), les sujets ont signalé une somnolence accrue accompagnée de fatigue et de changements d’humeur. »

2005 — Swift W, Gates P, Dillon P — LIEN

Enquête sur les Australiens qui consomment du cannabis à des fins médicales

Enquête menée auprès de 128 patients recevant des cannabinoïdes

Conclusions « Le cannabis a été perçu comme un « grand soulagement » en général, y compris les douleurs arthritiques, la dépression, les douleurs chroniques, les nausées persistantes et l’insomnie. Le cannabis a également été généralement perçu comme supérieur aux autres drogues en termes d’effets secondaires et de l’ampleur du soulagement qu’il apportait. »

2013 — Gorelick D.A et al. — LIEN

Effets (24 sur 24) du THC administré par voie orale sur le sommeil des fumeurs chroniques de cannabis (hommes)

Essai humain mené sur 13 jeunes

Conclusionshommes « Des concentrations plus élevées de THC le soir et de 11-OH-THC (métabolite actif) étaient significativement associées à une latence de sommeil plus courte, à une diminution de la difficulté à s’endormir et à une augmentation du sommeil le lendemain. »

2014 — Murillo-Rodríguez E et al. — LIEN

Effets potentiels du cannabidiol en tant que promoteur de l’éveil

Conclusions « Il peut être plausible d’envisager d’utiliser le CBD pour explorer ses propriétés médicales en cas de somnolence. Cette revue examine les preuves pharmacologiques des effets du CBD sur la modulation du sommeil et fournit un mécanisme d’action présumé. Pour mieux comprendre le mécanisme moléculaire et neuroanatomique par lequel le CBD régule le sommeil, ce sujet devrait être approfondi. »

2016 — Gruber S.A. et Al. — LIENS

Briller dans l’herbe ? Une étude pilote qui évalue l’impact de la marijuana médicale sur la fonction exécutive

Une enquête auprès de 11 patients atteints de cannabis médical

Conclusions « Les résultats suggèrent qu’en général, les patients recevant de la marijuana médicale (MMJ) ont constaté des améliorations dans les mesures de fonctionnement exécutif, y compris les mots colorés du Stroop et le test de suivi, principalement en accomplissant des tâches plus rapidement sans perte de précision. Dans les questionnaires d’auto-évaluation, les patients ont également indiqué une amélioration modérée de l’état clinique, notamment une diminution des troubles du sommeil, une diminution des symptômes de dépression, une impulsivité atténuée et des changements positifs dans certains aspects de la qualité de vie. En outre, les patients ont signalé une réduction significative de leur utilisation d’agents pharmaceutiques conventionnels par rapport à la valeur initiale, avec une consommation de les opiacés ont diminué de plus de 42 %. Bien qu’intéressants, ces résultats sont préliminaires et méritent d’être étudiés plus avant sur des points de temps supplémentaires et des échantillons plus importants. »

2016 — Shannon S, Opila-Lehman J — LIEN

Efficacité de l’huile de cannabidiol contre l’anxiété et l’insomnie pédiatriques dans le cadre du SSPT : un rapport de cas

Étude de cas d’un patient pédiatrique atteint d’un TSPT après une agression sexuelle

Conclusions « Cette étude de cas fournit des données cliniques qui appuient l’utilisation de l’huile de cannabidiol comme traitement sûr pour réduire l’anxiété et améliorer le sommeil chez une fille souffrant de stress post-traumatique. »

2017 — Keith D.R et al. — LIEN

La marijuana fumée réduit les troubles du rendement et de l’humeur pendant un quart de nuit simulé

Essai humain contrôlé par placebo portant sur dix fumeurs expérimentés de marijuana

Conclusions « La marijuana a atténué certaines perturbations de la performance, de l’humeur et du sommeil : les participants ont obtenu de meilleurs résultats dans les tâches de vigilance, ont déclaré être moins malheureux et fatigués et dormir plus de minutes. Ces données montrent que des changements soudains de changement de poste entraînent des déficits de performance, d’humeur et de sommeil pendant le travail de nuit, et que la marijuana fumée, contenant des concentrations de Δ9-THC faibles à modérées, peut compenser certains de ces effets chez les fumeurs fréquents de marijuana. »

2017 — Piper B.J et al. — LIEN

Remplacer le cannabis médical par des agents pharmaceutiques pour soulager la douleur, l’anxiété et le sommeil

Une enquête menée par 1513 membres du New England Dispensary

Conclusions « Environ les deux tiers des les patients ont réduit leur consommation de médicaments anti-anxiété (71,8 %), de migraines (66,7 %) et de sommeil (65,2 %) après avoir consommé du cannabis médical. En conclusion, la plupart des patients ont déclaré consommer moins d’opioïdes et moins de médicaments pour traiter l’anxiété, les migraines et le sommeil après avoir commencé à consommer du cannabis médical. Une plus petite partie a consommé moins d’antidépresseurs ou d’alcool. »

conclusions

Tous ces résultats doivent être interprétés avec une grande prudence, des essais contrôlés randomisés sont toujours nécessaires pour fournir une orientation clinique définitive. Il est important de souligner qu’à ce jour, le principal avantage du cannabis en tant que forme de traitement est la sécurité. Aucun cas de surdosage de cannabinoïdes n’a été signalé et les complications supplémentaires sont limitées.

Tag : Plus d’info sur le CBD

Quel est l’effet du CBD ?